Wiki Creepypasta
Advertisement

Jason The ToyMaker, de son vrai nom Jason Meyer, a enfin une histoire.

Les origines :[]

Une odeur de sang lui pinçait les narines et la chose la plus déplaisante était ce corps svelte qui ne bougeait plus. Son dernier souffle s'était déjà dissous dans l'air il y a quelques minutes, alors que son rouge épais se répandait lentement sur le sol.

Tout s'est passé si vite :

Elle a essayé de lui mentir, de s'en prendre à lui et lorsque les choses ce sont aggravées en une petite dispute, une traction sur son bras a changé le cours de leur vie. La perte de stabilité, le bord du meuble et enfin....le silence.

Ce n'était pas de ma faute, pensa Jason, c'était un terrible accident !

Il se tenait debout, à bout de souffle, devant le cadavre de cette petite fille. Les seuls témoins de l'accident étaient les marionnettes qu'il avait construites pour l'entourer. Dans la boutique, il n'y avait que lui et le cadavre.

Lorsque le sang de Jason a commencé à circuler a nouveau, il a compris qu'il devait trouver une solution et qu'il ne pouvait pas rester immobile sans rien faire. Mais la situation était trop compliquée.

" Ils vont me mettre derrière les barreaux et jeter la clé. " devient-il désespéré.

" Je... Je ne suis pas un assassin ! Je voulais juste la réprimander, e-elle m'a dupé avec la tour de la marionnette défectueuse pour en avoir une nouvelle ! ", il fit un petit tour et regarda le cadavre, mais cette fois il lança un regard accusateur.

" C'est entièrement de ta faute ! " cria-t-il enragé, " Tu es celle qui a produit cet accident ! "

Il décida de cacher l'incident et la première chose qu'il a fait était de fermer le magasin et de ne laisser personne entrer. Il a emmené la petite fille dans son atelier, où il créait des jouets que tout le monde acclamait comme oeuvres d'art, et il la posa sur sa table de travail. Dans cette pièce, il y avait une forte odeur de peinture, mais ce n'était pas assez pour couvrir l'odeur de sang, ni l'horreur qui allait se passer ensuite.

Jason posa ses mains sur sa tête et plongea ses doigts parmi ses cheveux et se pencha pour trouver une solution. Son regard s'arrêta sur une marionnette en forme de serpent étendue sur le sol. C'était l'une de ses premières créations, après cet accident inhabituel, et comme par magie, tout était clair pour lui. Il n'avait pas à s’inquiéter. Il attrapa la scie à main et se rapprocha du corps. Il utilisait cet objet pour couper des morceaux de bois dont il avait besoin pour créer des jouets, mais pas ce jour-là.

Jason prit une profonde inspiration, son corps tremblait, et son coeur battait vite pour lui faire ressentir la douleur. Il leva la main et ferma les yeux, refusant de voir l'horreur qui allait se passer.

Quatre heures plus tard, le serpent violet était toujours allongé au sol, mais il était devenu pour gonflé. Jason était assis sur une chaise en restant silencieux devant la table trempée de sang. Les larmes ont cessées de couler sur son visage quand il a réussi a lutter contre le sentiment de maladie. A ce moment-là, il était tout simplement abasourdi et ses grands yeux de couleur braise semblaient se noircir et se fendre. Le cadavre était parti, couché dans la gueule du serpent et, avec lui, le dernier morceau d'humanité de Jason.

" Comment quelque chose comme ça pouvait-il arriver ? Comment suis-je arriver à ce point ? "

La réponse était qu'un simple nom : Amélia.

Oh, Amélia son amie d'enfance. La seule et unique ! Avant son arrivée, Jason était un enfant toujours enfermé dans le silence. Enfermé dans son propre monde.

Ses parents étaient stricts, mais voulaient son bien et le voir étudier toute la journée. Dans la maison où il vivait, les jouets étaient interdits. Maman et Papa n'étaient pas méchants, Jason savait qu'il était aimé, mais ses parents ne pouvaient pas montrer leur affection. Comme tous les parents, ils voulaient que leur fils soit parfait avec un avenir brillant, mais toute cette pression était trop forte pour les épaules d'un enfant de 9 ans. Quant à Jason, il a tout mis en oeuvre pour que ses parents soient fiers de lui : il était un élève modèle et obéissant à l'école. Malgré son dévouement, cela n'a jamais été suffisant.

Même s'il n'avait pas de jouet à la maison, Jason construisait des figurines en bois qu'il conservait dans le jardin de son école. Loin de la portée de ses parents, au moins il pouvait jouer avec sans être puni. Il les garda caché sous terre , comme un trésor inestimable, jusqu'au jour où un enfant nommé Amélia le remarqua.

A vrai dire, la professeure a toujours demandé à Amélia d'aller le voir. C'était une enfant ensoleillée et amicale, alors que lui était timide. Toutes les tentatives pour le faire se rapprocher des autres enfants ont échoués et, au fil du temps, ses pairs ont finit par se moquer de lui. Cette professeure voulait juste aider Jason, et elle l'a fait, mais en sacrifiant Amélia.

Jason n'était pas faible, bien au contraire, il était un parfait manipulateur et un maître de la tromperie. Il était comme un loup caché derrière le masque de l'agneau, mais il s'est attaché à la petite Amélia. En fait, il ne lui a jamais fait de mal, il voulait être un bon ami et la protéger. Cela pourrait être considéré comme une relation normale ? Une belle amitié entre enfant ? Absolument pas.

Peut-être que Jason lui-même ne pouvait pas le comprendre, c'était le manque de relation avec ses parents qui a créé une forte dépendance affective. Il a toujours voulu être d'une importance primordiale pour Amélia, il aimait dire qu'il était le seul ami dont elle avait besoin et il la mettait mal à l'aise. Jason ne cherchait pas l'amour, ni l'affection, il voulait être loué. Il voulait être important pour quelqu'un, cela le faisait se sentir....vivant. Il avait l'impression d'exister et c'était génial.

Il voulait le ressentir encore, il a donc fait croire à Amélia que le monde était peuplé de gens mauvais et que celui qui interviendrait payerait pour cela.

La dépendance affective et les manipulations ont souvent incité Jason à faire de mauvaises choses. Tout comme Lucy, l'amie d'Amélia, qui voulait passer en première sur la balançoire et qui s'est fait poussée si vite et fort qu'elle est tombée, elle eu une fracture du poignet. Ou Jonathan, qui a toujours demandé les crayons de couleurs d'Amélia, il a été poussé dans les escaliers de l'école. Jason le poussa alors qu'il lui tournais le dos, comme un lâche, car il savait que personne ne le lui reprocherait. Aussi, cet enfant qui comme tout autre intru, après ses petits incidents délicats arrêta de parler à Amélia.

Plus il grandissait, plus il agissait méchamment et dangereusement, évidemment sans diminuer ses actions précédentes ! Entre-temps, la pauvre et naïve Amélia, abasourdie par la gentillesse de Jason et ses paroles gentilles, semblait être insouciante face à ces incidents embarrassants qui se déroulaient autour d'eux.

Ou peut-être qu'en d'autres termes, elle refusait de le voir.

Une fois adulte, Jason décida d'ouvrir un magasin de jouets et ses parents l'expulsèrent de la maison à cause de cette décision. Quelle déception ! Après des années de travail acharné, leur fils a finalement choisi un travail aussi stupide et honteux. Contrairement à ce qu'ils imaginaient, Jason était heureux et était devenu un fabricant de jouets talentueux.

Il ne manquait pas de fantaisie, il achetait ses créations à tout âge et, de plus, il avait son fidèle ami à ses côtés. Ca aurait été merveilleux si l'histoire se finissait ici, mais le monde parfait que Jason avait construit n'a pas duré longtemps.

Comme chaque soir, Amélia a rendu visite à son ami à la fermeture du magasin pour lui tenir compagnie.

Jason a dû cacher le chaos causé par ces enfants stupides. Il a donc enlevé son gilet beige pour se sentir plus à l'aise et a relevé les manches de sa chemise blanche.

Amélia a regardé autour d'elle et a fait un sourire nostalgique :

" Penses-y, Jason. Tu es parti d'une figurine en bois au point de pouvoir faire tout cela. Tu es heureux, n'est-ce pas ? "

" Je pourrais dire oui, même si je commence à détester les enfants. ", a-t-il répondu : "Ils gâchent tout ce qu'ils touchent. "

" Habitue-toi, ce sont tes clients les plus fidèles ! ", se moqua-t-elle de lui, alors que le gars ricanait.

" Je sais que c'est maladroit, un fabricant de jouets qui déteste les enfants. ", Amélia ne répondit pas, mais de son petit sourire amusé, il n'était pas difficile de dire qu'elle était d'accord avec lui : " J'ai décidé de devenir un fabricant de jouets parce que j'aimais façonner ma fantaisie...parce que tu fus la première à me dire ça. "

" Tu savais créer des figurines de bois, alors je t'ai suggéré de devenir fabricant de jouets ou quelque chose du genre. Je suis contente que tu m'aies écoutée. "

" Les bons amis font cela. " répondit le fabricant de jouets. " Et pour le devenir il faut parfois faire certaines choses. "

Amélia sembla perplexe face a son amis : " Qu'est-ce que tu veux dire  ? "

Jason haussa les épaules et la regarda en souriant : " Tu te souvient de la lettre rose ? "

" Oh bien sûr ! ", Amélia s'en souvenait ! Cela avait été l'un des jours les plus désagréable de sa vie.

A 15 ans, Amélia était tombée amoureuse d'un garçon de la classe voisine de la sienne. Elle n'a pas eu le courage de lui confesser ses sentiments et évidemment, Jason l'effrayait comme d'habitude : " Si les gens découvrent tes faiblesses, c'est la fin. Je ne pense pas que ce soit une bonne idée. ", avait-il déclaré, mais l'amie d'Amélia n'avait pas acceptée. Elle a encouragé Amélia et lui a suggéré quoi écrire dans la lettre, elle l'aurait livrée... mais quelque chose s'est mal passé.

La lettre avait disparu du sac à dos d'Amélia et était accroché au dos de la classe du garçon qu'elle aimait. Il a vu la lettre se faire passer mains par mains par les garçons qui la lisaient avec mépris dans ses aveux. Il entendit des éclats de rire, des blagues pas si drôles mais le nom dans la signature n'était pas la sienne... mais celui de son amie qui l'encourageait.

Ils se sont moqués d'elle durant toute l'année scolaire et à la fin, elle a décidé de changer d'école. Amélia ne l'a plus revue. Elle pensait qu'elle agissait comme une lâche en faisant cela. Et Jason ? Pourquoi l'a-t-il fait ?

" Comment as-tu pu me faire ça ? Pourquoi ? " sa voix sortie avec effort.

" Je t'ai protégée. Comme je l'ai toujours fait. ", face à Jason, il n'y avait pas une moindre petite trace de repentance.

" Cela ne veut pas dire protéger quelqu'un ! ", Amélia était en colère, mais ce qui la tenait vraiment sur les nerfs était l'attitude superficielle de son ami. " Je ne te pardonnerais pas Jason. "

Elle quitta rapidement le magasin et claqua la porte de toutes ses forces. Jason l'a suivi, mais il ne fit pas un autre pas au-dessus de l'entrée principale. " Tu es en colère ? "

De toute évidence, son amie n'a pas répondu et est rentrée chez elle. Elle était tellement en colère que, qui que ce soit à ses yeux, elle leur marcherait dessus comme un train sans frein. Cependant, une fois à la maison, elle referma la porte de sa chambre et se mit à pleurer.

Amélia a pleuré, non seulement pour cette lettre, mais pour toutes les personnes que Jason avait séparé d'elle. C'était comme se réveiller brusquement d'un long sommeil. Pendant des années, cela ne l'a pas dérangée, car elle craignait de le perdre et elle ne comprenait pas vraiment la raison. Peut-être parce qu'elle était idiote ou qu'elle aimait se sentir d'une importance primordiale lors des rares occasions où Jason la complimentait.

Elle a laissé tous ses amis de côté en les croyant infidèles, mais le seul qui devait vraiment disparaître de sa vie était le magnifique et innocent Jason !

De son côte, le fabricant de jouets était resté dans son magasin et, une fois ses affaires terminées, il a fermé ses portes de son petit atelier. Il installa ses draps sur le canapé et s'allongea. Selon l'impression d'un étranger, son attitude n'était pas la meilleure, il agissait comme un véritable emmerdeur, mais en vérité il était vraiment désolé pour Amélia d'être en colère contre lui.

Le lendemain, lorsque son amie lui rendra visite, il décidera d'essayer de la calmer.

Contrairement à ce à quoi il s'attendait, Amélia ne s'est pas présentée au magasin le lendemain, tout comme le prochain jour, puis un autre.

Un mois plus tard Jason n'avait toujours aucune nouvelle de son amie. La fierté de cet homme l'empêcha d'aller sonner chez elle, mais tout ce temps l'aida à réfléchir à un moyen de se faire pardonner. Il ne savait toujours pas comment se faire pardonner pour le mal qu'il avait causé. Il n'arrivait pas à comprendre, mais il connaissait parfaitement Amélia et n'avait besoin de rien de plus pour lui faire oublier sa colère. Un jouet suffirait, mais Jason créa quelque chose de très spécial : une boîte à musique.

Il ne l'avait pas achetée, il l'avait fabriquée de ses propres mains et, après avoir travaillé dur, ses mains étaient pleines de plaies et de morceaux de bois. Mais ce n'était pas la seule surprise.

La partie la plus importante de ce cadeau, la plus précieuse de toutes, était une petite marionnette qui lui ressemblait d'une manière étonnante, cachée à l'intérieur de la boîte à musique. Une surprise contenue à l'intérieur d'une autre surprise !

La marionnette était aussi grande que la paume d'une main, habillée comme Jason, elle avait la même couleur de cheveux et deux boutons noirs servant de yeux.

" Il n'est pas aussi beau que l'original mais elle va l'aimer ! "

Son espoir était stocké dans cette marionnette, mais aussi la peur et l'angoisse profondes qui obsédaient toujours Jason. Il voulait juste que quelqu'un dans sa vie l'apprécie et il n'avait besoin de rien d'autre que de sa compagnie. Il voulait qu'on l'admire, être quelqu'un qui comptait, parce qu'il était si beau de sentir que quelqu'un avait besoin de son aide. Comme dans la discussion précédente, lorsque Jason avait le sentiment d'exister et de ne pas être un objet.

Cette marionnette aurait dû être comme une sorte de porte bonheur, mais après ce qu'il a créé pour elle, tout a commencé à aller mal.

Pour Jason ce n'était que le début !

Après avoir créer ses deux cadeaux, trois jours plus tard, Jason n'avait pas réussi à sortir de la salle de création. C'était un lundi et les gens devant la boutique se demandaient pourquoi elle n'ouvrait toujours pas.

Jason ne se sentait pas bien. Il eut un terrible mal de tête et eut la frousse. De toute façon, il ne voulait plus attendre, alors il partit par l'arrière de la boutique pour se rendre chez Amélia, tout en sacrifiant son corps douloureux. Lorsqu'il frappait à la porte, il pensait voir son visage, avec ses cheveux chocolatés et ses yeux bleus. Mais il fit place à sa mère et lui donna un regard donnant l'impression d'une visite heureuse.

Jason s'éclaircit la voix, " Bonjour madame, c'est votre... " et à ce moment précis, Amélia passa sa tête au-dessus de l'épaule de sa mère et s'arrêta.

" Salut Amélia. "

Elle baissa les yeux et ses joues devinrent rouges : " Bonjour... "

" Pourquoi viens-tu ici ? " demanda sa mère en coupant ce silence embarrassant.

Les lèvres de Jason se transformèrent en un sourire et leur montra la précieuse boite à musique. " Je t'ai apporté ce cadeau inventé. Je l'ai construite de mes propres mains et à l'intérieur il y a une autre surprise ! "

Pendant un bref instant, les yeux d'Amélia brillèrent, elle n'était pas sûre d'accepter le cadeau de Jason, mais elle était presque convaincue de lui pardonner....mais son sourire n'envouta pas sa mère. Il ne l'a jamais fait, même lorsque Jason était un enfant apparemment innocent.

Elle a toujours pensée que son attitude était gênante depuis le jour où ce petit incident s'est produit. Elle se souvenait d'être allée préparer les collations et la petite Amélia l'avait suivie pour lui donner un coup de main. Pendant ce temps, Jason était resté seul avec le canari de sa fille. C'était son tout premier animal de compagnie et Amélia s'y était attaché. Puis, Jason est apparu et a déclaré que le canari ne bougeait plus. Ils ont tous les trois atteints le salon et Amélia s'est mise à pleurer. Alors que Jason était à ses cotés, il lui a caressé le dos et lui a dit de ne pas s'inquiéter, que tout allait bien se passer. Dans cette phrase, il n'y avait rien de mal, Jason voulait juste consoler Amélia, mais sa mère n'a pas ignoré ce sourire presque invisible.

Elle a toujours dit à sa petite fille que quelque chose n'allait pas, mais Amélia refusa de l'écouter. Sa patience était à bout : " Amélia ne veut plus être ton amie, Jason. Et crois-moi, c'est peut-être mieux comme ça. "

Jason a levé les sourcils, " Quoi ? " a-t-il demandé, stupéfait, puis il la regardait : " Mais... Pourquoi ? J'ai toujours été à tes côtés, tu peux toujours compter sur moi. " dit-il. Amélia regardé en bas avec un air de chien battu. " J'ai fait ce cadeau pour toi, s'il te plaît ! ".

Jason donna la boîte à musique à Amélia, mais elle la rejeta presque à contre-coeur. Avec ce geste, à ce moment précis, il a senti comme une forte pression sur son coeur. Une pression douloureuse lui a fait perdre sa stabilité.

" Est-ce que ca va ? " Amélia remarqua sa réaction et finit par regarder le garçon dans les yeux.

" Comment... Comment puis-je aller bien ? " Jason respira difficilement : " J'ai toujours été à tes côtés, même si toutes ces choses que j'ai faites que tu as considérées comme impardonnables. Et maintenant tu me fais ça. ", dit-il, " Qu'est-ce que c'est ? Une punition ? Une vengeance ? Je ne m'en soucis plus. "

Il a repris des forces et a regardé Amélia : " Je pensais que tu étais une personne intelligente, apparemment c'est la seule erreur que j'ai faite. "

Satisfait que son amie ait les larmes aux yeux, Jason est retourné dans son magasin. Pendant plusieurs semaines, Jason n'était plus le même. Sa colère était grande et son état de santé s'aggravait. Il voulait juste continuer sa vie, mais cet incident avec cette petite fille est arrivé. Assis sur cette chaise, regardant l'espace vide et les mains versant du sang, Jason avait senti quelque chose changer en lui pour toujours.

Il ne ressentait plus rien et son corps changeait. Il n'a pas laissé la dépression prendre le dessus et il n'était pas triste.

Il n'aimait plus cette réalité.

Alors qu'il pensait à quitter cette petite ville, il entendit la petite voix d'Amélia à la sortie du magasin. Il n'a pas réagi de manière excessive et n'a pas remué la queue comme un chien, il a juste pensé à se rafraîchir et lui a ouvert la porte.

Amélia a immédiatement découvert son visage sans émotion et après avoir gardé le silence un bon moment, elle fut la première à parler : " Puis-je entrer ? "

Jason s'est avancé en silence, il a laissé la fille passée et a fermé la porte en exposant le panneau "FERMER".

" Je suis désolée de ce qu'il s'est passé, je voulais savoir comment tu allais, je crois que nous avons besoin de parler. "

Amélia savait qu'il y avait quelque chose d'étrange chez Jason... Mais ce n'était pas seulement cela. Il y avait une odeur étrange dans l'air.

" Il n'y a plus rien à dire et, honnêtement, ce n'est pas le bon moment pour moi. "

" Est-ce que ca va ? Tu transpires. " demanda-t-elle. Jason regarda autour de lui, il se sentit comme un poisson hors de l'eau et Amélia mit sa main sur son épaule : " Dis-moi ce qu'il t'arrive. Tu te sens mal ? "

Il prit une profonde inspiration : " J'ai... J'ai tué une-une petite fille... ", elle écarquilla les yeux et, lentement, accablée, sépara sa main de son épaule. " Je te jure que ce n'était qu'un incident, je ne voulais pas aller en prison pour ça et... Je... "

" Continue " elle avait peur de ce qu'elle allait découvrir ensuite, mais le bégaiement de Jason laissait place à l'imagination et ensuite, cela devenait de pire en pire.

" J'ai découpé le cadavre en morceaux et l'ai caché dans une marionnette. "

Peut-être que oui, qu'il ne valait mieux ne pas laisser place à l'imagination et ne pas écouter ces horribles mots qui sortaient de la bouche de Jason. Il était vraiment capable de faire un telle chose ? Il n'était pas innocent, elle le savait très bien, mais de là à l'imaginer faire une telle chose ! Il faut rester calme dans ces situations.

" Jason, tu dois le dire. "

La fabricant de jouet, qui, jusqu'à ce moment précis ressemblait à une souris piégée, enleva ses mains de ses tempes et fixa Amélia. Son regard était plein de surprise, comme s'il avait été poignardé dans le dos.

" Veux-tu.... Veux-tu que j'avoue l'incident ? Tu sais très bien comment ça va finir ! "

" Tu dois essayer, Jason. Tu ne peux pas faire comme s'il ne s'était rien passé. Ils la rechercheronst et tôt ou tard, ils la trouveront. "

" Je ne peux pas le faire Amélia ! " grogna Jason.

" Très bien, alors je vais le faire pour toi ! "

Jason se tut immédiatement, et regarda la fille de façon étonné en élargissant ses yeux : " Aurais-tu le culot de me faire ça ?! "

" C'est pour ton propre bien ! "

Il se mit à rire hystériquement : " Ne me fais pas rire, tu as toujours été stupide ! ", il s'approchait et pendant ce temps, Amélia faisait marche arrière : " Tu sais, j'ai toujours essayé de faire de toi une meilleure personne, mais tu n'en es pas digne. Alors je te suggère de ne pas me provoquer avec tes conneries ! "

" Tu crois que je ne vais pas le faire ? Regarde moi bien ! "

Elle s'est manifestement dirigée vers la sortie, mais Jason l'a attrapée par les cheveux. Les deux personnes ont commencées à se battre, Amélia réalisa que si Jason avait tué une fois, il pourrait le refaire à nouveau. Elle craignait d'être la suivante et en effet, elle aurait été la suivante.

Elle aurait dû agir différemment en faisant peut-être semblant de le soutenir, mais comme à chaque fois, elle avait pris la mauvaise décision. Jason avait raison, elle était vraiment stupide, elle l'a toujours été, ou peut-être l'a-t-il fait se sentir inférieure tant de fois qu'elle pensait qu'elle l'était. Qui sait ?

Pour se protéger, Amélia réussi à voler un tournevis posé sur le balcon, mais n'eut pas encore l'occasion de l'utiliser. Elle n'a rien pu faire face au corps de Jason et lorsque ce dernier la projeta contre le mur, l'impact violent puisa immédiatment les forces d'Amélia. Elle tomba sur le sol et sa tête commença à lui faire terriblement mal... Jason s'arrêta. Elle leva les yeux et vu le tournevis coincé à travers le coeur du fabricant de jouets. Il se tenait immobile et contemplait l'objet coincé, accablé, pendant que la tâche de sang grossissait sur son gilet.

Il attrapa le tournevis et le jeta violemment contre le sol, puis il s'approcha et essuya les gouttes de sueurs de son front.

" Ce n'est pas très gentil de ta part, Amélia. ", puis il s'approcha d'elle et lui donna un coup de pied au visage.

" Je suis désolé que tout se soit terminé ainsi, ma chère Amélia. " puis il gloussa : " Non je plaisante, pour être honnête, je m'en fiche. ", la vue de la jeune fille était légèrement brouillée, mais l'objet que tenait le fabricant de jouets était facilement reconnaissable : une scie à main.

L'heure de sa mort était venue, elle le savait et elle se mit à pleurer. Souffrirait-elle beaucoup ? Combien de temps lui faudrait-elle pour mourir ? Moura-t-elle à cause de la perte de sang ou dû à la douleur ?

Malgré la terreur qu'elle ressentait, elle prit la décision de s'enfuir, mais son corps était beaucoup trop lent. Elle se tourna sur le côté, mais Jason marcha sur son épaule et la démise.

Les yeux fatigués de la jeune fille ont vu le fabricant de jouets caresser les chères dents de sa scie. Elle pouvait juger qu'il adorait l'avant moment du massacre, mais elle vu Jason baisser la scie et soupirer.

" Il y a beaucoup de choses qui sont incompréhensibles pour les humains. Certaines peuvent l'être et d'autres non. Nous croyons connaître tous les secrets du monde dans lequel nous vivons, mais la vérité est que nous n'en savons rien. "

" Qu'est-ce... Qu'est-ce que tu dis ? " demanda Amélia, même si cette action était difficile à comprendre pour elle.

Jason, inquiet et résigné, secoua la tête : " Tu es trop naïve, tu ne comprends pas. " et commença lentement à s'éloigner d'elle : " Tu n'as pas besoin d'un stupide voeu sur une étoile pour réaliser ton souhait quand il est vraiment intense. C'est nous qui rendons les choses impossibles possibles. "

Ce fut cette bosse qui la fit halluciner, mais après que Jason ait parlé, le mur derrière lui commença à se gonfler. Le mur s'effondra et une porte bleue surgit avec une poignée dorée.

" Je ne sais pas pourquoi, mais cette poupée est devenue mon coeur. "

Jason ouvra la boîte à musique et la regarda avec une expression des plus confuse : " Le seul endroit où je peux la garder est à l'intérieur de cette boîte à musique, mais cela devait être un cadeau et je veux la donner à quelqu'un, quelqu'un qui prendra ta place. Une personne qui sera plus intelligente et qui saura me tenir tête : un élu. "

" Personne..." dit Amélia, déjà fatiguée, " Ne voudra d'un monstre comme toi ! "

Jason, qui, entre temps avait ouvert la porte bleue, se retourna devant la fille et souria : " Mon nom est Jason, cela signifie : celui qui guérit. Tu le savais ? Bien sur que non. ", son expression était arrogante : " N'importe qui te remplacera, s'il ne peut pas comprendre mes bonnes intentions, je le réparerai, après tout, un jouet cassé peut être toujours réparé aussi. "

" Quoi ?! Tu es fou ! Les gens ne sont pas comme tes stupides marionnettes ! ", cria Amélia, " Tu... Tu ne vas pas t'enfuir ? "

" Je ne vais pas m'enfuir idiote, ne t'inquiète pas. Je reviendrais. "

Le corps d'Amélia trembla en regardant ce faux sourire et elle se sentit impuissante quand elle le vit disparaître derrière la porte. Le bois s'effondra sur lui-même, les copeaux ce transformèrent en petits morceaux de bois et la porte disparu comme si elle n'avait jamais existée.

Amélia a passé le reste de sa vie à croire que Jason serait revenu à tout moment pour lui faire du mal, mais la vérité est que Jason a décidé d'épargner sa vie. Elle n'a même pas réalisé la chance qu'elle a eue, car personne d'autre après elle n'aurait vu sa miséricorde... Comme ces poupées de cire, de tout âge, qui se remplissaient toujours plus dans la terrible salle de jeux.

Et ces marionnettes, qui ont pu prendre vie sont les seuls témoins silencieux dans le monde splendide et pourtant monstrueux de Jason le fabricant de jouets.

Traduite par Eimeone


Personnalité[]

Il ressemble et agit comme l'ami parfait, mais en réalité, c'est un maniaque du contrôle égoïste, menteur et possessif qui tuera tous ceux qu'il perçoit comme faisant obstacle à son objectif. Il ne supporte pas qu'on le laisse seul, il ne supporte pas que le centre d'attention s'éloigne de lui et il déteste quand l'élu se révèle ingrat. Lorsqu'il comprend que les élus ne peuvent tenir la promesse et veulent s'en aller, Jason les punit en les transformant en poupée de cire pour qu'ils ne l'abandonnent pas.


Faits :

Jason the toy maker.jpg

- Jason le fabricant de jouets a été créé par Krisantyl.

- Jason le fabricant de jouets était autrefois un humain nommé Jason Meyer.

- Son origine complète est révélée dans cette histoire écrite par Kristantyl mais publiée sur le compte de son amie IvyDarkRose

- Chaque fois qu'il est furieux, son apparence change pour révéler sa vraie forme. Ses cheveux rouge bordeaux prennent leur vraie couleur (blanc), ses yeux couleur miel deviennent de plus en plus verts, ses bras deviennent pourris et ses ongles deviennent suffisamment tranchants pour couper la peau. Lorsque son apparence change, ses jouets aussi, ils passent de simples jouets amusants à de petits monstres qui peuvent blesser et tuer.

- Jason le fabricant de jouets a 3 compagnons de jouets : un jouet de souris à remonter noir nommé Licorice (il espionne et contrôle tout ce qui entoure le fabricant de jouets. Jason ne s'en sépare presque jamais.), un autre jouet de souris à remonter nommé Red Mouse (à l'intérieur, il y a un engin explosif, ce jouet a été créé pour exploser avec un minimum de contact) et un gigantesque serpent vivant en peluche nommé M. Glutton (il mange les poupées de cire après qu'elles deviennent trop vieilles).

- La seule chose à part ses poupées qu'il garde avec son affection est une boîte à musique spéciale cachée dans sa poitrine. Si la boîte à musique se brise ou est détruite, Jason mourra.


La personnalité, et les faits divers furent rajouter par Creepykiro

Advertisement