Wiki Creepypasta
Advertisement

Creepypasta :[]

J’ai rencontré Mary E. en personne la première fois en 2007. J’ai arrangé avec l’aide de son mari, Terence, une interview avec elle. Mary a d’abord accepté, car je n’étais pas un journaliste mais un écrivain amateur qui cherchait des informations pour une thèse scolaire sur, si tout se passait bien, quelques histoires imaginaires.

On avait planifié l’interview pour un weekend particulier quand j’étais à Chicago sur des affaires qui n’avaient rien à voir, mais au dernier moment, Mary changea d’avis et s’enferma dans la chambre conjugale, refusant de me parler.

Pendant une demi-heure, je m’étais assis avec Terence près de la porte de la chambre, j’écoutais et prenais des notes pendant qu’il essayait de calmer sa femme.

Les choses que Mary disait avaient peu de sens et je sentais dans sa voix qu’elle pleurait. Terence renonça en s’excusant profondément et je fis de mon mieux pour le rassurer, rappelant que je n’étais pas un reporter, mais juste un jeune curieux en quête d’informations.

Cela dit, pensai-je à ce moment, je pouvais peut-être trouver un autre cas similaire.

Mary E. était une opératrice d’un système de tableau d’affichage basé sur Chicago en 1992 quand elle vit Smile.jpg la première fois, et sa vie changea à jamais.

Elle et Terence n’étaient mariés que depuis 5 mois. Mary était une des 400 personnes estimées qui avaient vu l’image lorsqu’elle a été postée en lien sur un forum. Mary était la victime la plus citée de ce qui était parfois appelé « Smile.dog, » la chose que Smile.jpg est censée montrer.

Bien que le phénomène se centre sur une simple image, ce fichier est introuvable sur le net. « Smile.jpg » et « Smile.dog » ne sont mentionnés nulle part sur Wikipedia, bien que le site présente des articles sur d’autres phénomènes similaires. Toute tentative de créer un article sur Smile.jpg est rapidement supprimée par un des admins de Wikipedia.

L’histoire de Mary E. n’est pas unique. Ceux qui clament avoir vu smile.jpg disent souvent qu’ils étaient trop occupés pour avoir pensé à sauvegarder l’imager dans leur disque. Cependant, ces victimes ont tous la même description de la photo : une créature en forme de chien (semblable à un Husky Sibérien), illuminé par le flash de l’appareil photo, assis dans une salle, le seul détail visible de l’arrière plan étant une main humaine sortant des ténèbres de la salle sur la gauche de l’image. La main est vide, mais est souvent décrite comme « pointant du doigt. » Bien sûr, l’attention est majoritairement donnée au chien: le museau de la bête est figé dans un sourire large, révélant deux lignes de dents bien blanches, bien fines, bien acérées, et de forme humaine. C’est, bien sûr, non pas une description donnée directement après visionnage, mais plutôt ce que les victimes s’en souviennent, car elles voyaient l’image se répéter dans leur tête à l’infini alors qu’elles avaient, en fait, une crise épileptique.

Ces crises sont rapportées comme interminables, souvent quand la victime dort, causant de dérangeants et réalistes cauchemars qui pouvaient être traités par médicaments. Mary E., j’imagine, n’a pas eu de médication effective.

Après ma visite en 2007, je fis des recherches sur des newsgroup de légendes urbaines, sites web, mailing lists, espérant trouver une victime de Smile.jpg qui serait d’accord pour parler de son histoire. Pendant un temps, rien n’arriva; un temps si long que je l’avais presque oublié, car j’avais commencé la FAC et j’étais assez occupé.

Mary me recontacta cependant après ma première visite: « Je suis profondément désolée de ce qui s’est passé l’été dernier quand vous êtes venu. A ce moment, j’avais peur. Depuis 15 ans, je suis hantée par Smile.jpg. Smile.dog vient dans mes rêves toutes les nuits. Je sais que ça semble idiot, mais c’est vrai. Ces rêves sont petrêmement réalistes. Je ne bouge pas, je n’avance pas. je regarde simplement droit devant, et la seule chose devant moi est cette horrible scène de l’image. Je vois la main qui pointe, et je vois Smile.dog. Il me parle. J’ai pensé longtemps à des options. Je pourrais le montrer à un étranger, un collègue… Même à Terence, mais l’idée m’en dégoute. Qu’arriverait-il alors ? Si Smile.dog garde ses mots, je peux dormir. Mais, s’il a menti, que devrais-je faire? Et qui dit quelque chose de pire ne viendrait pas pour moi si je fais ce que la créature me demande ? Alors, je n’ai rien fait pendant 15 ans, bien que j’ai gardé la disquette cachée dans mes affaires. Bien des victimes de Smile.jpg ont arrêté de poster et j’ai entendu dire que certains s’étaient donnés la mort. Les autres gardent le silence, disparaissant de la surface du web. Ils sont ceux dont je m’inquiète le plus. L’été dernier, quand vous nous aviez contactés pour l’interview, j’étais sur le point de vous donner la disquette pour vos recherches. Avant que vous arriviez, j’ai réalisé ce que je faisais: j’allais ruiner votre vie. Je ne peux pas me permettre ça, et en fait je ne le ferai jamais. Vous pourrez peut-être trouver quelqu’un qui n’hésitera pas à exéctuer les ordres de Smile.dog. Arrêtez pendant qu’il est temps. Sincèrement, Mary E. »

Terence me contacta plus tard dans le mois pour m’annoncer la mort de sa femme. En faisant le ménage dans ses affaires, fermant son mail, etc, il tomba sur le mail ci-dessus. 

C’était un homme craintif ; il me conseilla de suivre le conseil de sa femme. Il trouva la disquette et la brûla jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’un amas informe de plastique fondu noir. La chose qui l’a plus effrayé, cependant, était comment la disquette a sifflé quand elle a fondu. Comme un animal, a-t-il dit.

J’avoue n’avoir su quoi répondre de çela. Je décidai que pour au moins une fois, je n’irai pas plus loin sur le sujet de Smile.jpg, vu que les examens arrivaient en mai.

Mais le monde a de curieuses manières de vous rappeler à l’ordre. Presqu’une année complète après ma venue chez Mary E., je reçus un mail: « Salut J’ai trouvé ton adresse sur une mailing list, ton profil dit que es intéressé par Smiledog. C’est pas aussi terrible qu’on en dit. Je te l’envoie ici, fais tourner. »

D’après mon client mail, il y avait une pièce jointe nommée, bien sûr, Smile.jpg. Je la téléchargeai bien que j’imaginai que c’était un fake, et même si c’en était pas un, je ne crains pas ce genre d’images.

L’histoire de Mary E. m’a secoué, oui, mais elle était peut-être extrêmement sensible. Après tout, comment une simple image pourrait-elle faire faire autant de mal?

Maxresdefault-0.jpg

Si je regarde cette image et si Mary a raison, si Smile.dog vient dans mes rêves pour que je passe le mot, que ferai-je ? Vivrai-je ma vie comme Mary, à combattre contre l’envie d’obéir jusqu’à la mort ? Ou bien obéirai-je? Et si je fais mon choix, comment le ferais-je ? A qui faire passer le mot ? Si je reprenais mon intention d’écrire l’article sur Smile.jpg, décidai-je, je pourrais joindre l’image comme preuve, et tous ceux qui liraient l’article, tous ceux que ça intéresse, seraient affectés à jamais…

z

Smile-dog-creepypasta2.jpg


Victor KRZAKOWSKI

Traduite par Eimeone

Advertisement