Wiki Creepypasta
Advertisement

Origines :[]

La route pour aller à la maison était longue, elle semblait continuer encore et encore. La route continuait sans cesse.

La lumière qui brillait entre les branches des grands arbres verts dansaient à travers les vitres, de temps en temps, La lumière brillait désagréablement dans ses yeux.

L'endroit était plein d'arbres vert foncé formant une forêt autour de la route. Le seul son était le bruit du moteur des voitures qui voyageaient sur le chemin. C'était paisible et laissait un sentiment serein.

Bien que le tour ait ressemblé à quelque chose d'agréable, il manquait ce sentiment positif pour les deux passagers.

La femme d'âge moyen derrière le volant, avait les cheveux châtains courts qui s'accordait bien avec son teint . Elle portait un t-shirt vert au col en V et un jeans bleus. Des boucles d'oreille en diamant décoraient chacune de ses oreilles qui montrait partiellement sa coupe de cheveux. Elle avait les yeux verts foncés et l'éclairage semblait les rendre plus considérables. Il n'y avait pas beaucoup de choses à dire par rapport à son apparence. Elle ressemblait juste à n'importe quelle mère que vous verriez sur des salons de T.V , mais une chose l'a, à coup sûr, faite différer de toute les autres mères moyennes et c'était les poches bleutées sous ses yeux.

Son expression de visage était sombre et triste.

Elle reniflait et jetait de temps en temps un coup d'oeil dans le rétroviseur pour regarder son fils dans le siège arrière qui était bossu et partiellement fini, ses bras tenus serrés autour de sa poitrine et sa tête appuyée contre la fenêtre froide.

Le garçon manquait de toute apparence normale, quelqu'un pourrait facilement voir que quelque chose n'allait pas avec lui. Ses cheveux châtains désordonnés et sa peau pâle, presque grise était révélé par la lumière. Ses yeux étaient sombres, contrairement à sa mère, et il portait un t-shirt blanc et un pantalon buisson que lui avait été fournis par l'hôpital. Les vêtements qu'il avait portés auparavant étaient déchiré et tachés pas le sang, ils n'étaient plus 'mettables' désormais.

Le côté de son visage était écorché et son sourcil entaillé. Son bras droit était bandé jusqu'à son épaule qui avait été déchiquetée lors de sa chute sur du vert brisé.

Ses blessures semblaient être douloureuses mais il ne pouvait sentir ne serait-ce qu'un petit picotement. L'un des nombreux défis auxquels il devait faire face était de grandir avec une maladie rare qui le rendait insensible à la douleur. Il ne ressentait jamais rien, il se blessait même volontairement. Il pouvait même perdre un bras sans rien ressentir.

Un autre trouble majeur auquel il devait faire face était celui qui lui avait apporté beaucoup de surnoms insultants, quand il était encore qu'à l'école primaire. Avant qu'il n'ait été déplacé vers l'école à domicile, sa maladie est celle de "Gilles de La Tourette". Celle-ci lui cause des tics qu'il ne pouvait pas contrôler. Il tordait son cou de manière incontrôlée et tirait dessus d'un coup sec de temps en temps. Les enfants le taquinaient en l'appelant Ticci-Toby et se moquaient de ses tic exagérés. C'était trop dur pour lui d'être dans un environnement d'apprentissage commun avec, apparemment, tous les coups de coude des enfants.

Toby regardait fixement par la fenêtre, dans ses pensées. Son regard était vide, la seule émotion dont il était capable de ressentir. Toutes les minutes, son épaule, son bras ou encore l'une de ses mains se tordait en un craquement sinistre. Chaque collision du coup de freins de la voiture lui donnait mal à l'estomac.

Toby Roger était le nom du garçon. Et la dernière fois que Toby s'était rappelé être rentré dans une voiture, était quand il s'était effondré.

C'est tout ce à quoi il pensait. Inconsciemment, il s'était souvenu qu'avant qu'il ne se soit évanoui à maintes reprises, Toby avait été le plus chanceux. Contrairement à sa soeur.

Quand la pensée de sa grande-soeur lui venait, il ne pouvait s'empêcher de pleurer. Les souvenirs horribles lui revenaient à l'esprit.

Ses hurlement avaient été coupés quand son front s'était brisé contre le pare-brise de la voiture. Tout était devenu blanc pendant un instant. Toby avait ouvert les yeux pour tomber sur le corps inanimé de sa soeur.

Son front était criblé de tessons de verre, ses hanches et jambes avaient été écrasées sous la force de la roue, son torse, poussé tardivement dans l'airbag gonflé, était éclaté.

C'était la dernière chose qu'il avait vu de sa grande-soeur.

La route vers la maison continua. Cela commençait à durer une éternité. Ils ont pris longtemps pour rentrer à la maison car sa mère voulait éviter de passer par la rue où s'était produit l'accident.

Quand le décor paru familier, ils arrivèrent tous les deux prêts à sortir de la voiture et reculèrent dans leur garage. C'était un vieux quartier composé de petites maisons originales toute les une à côté des autres.

La voiture avait roulé devant une petite maison bleue orné de carreaux blancs.

Eux deux avaient rapidement remarqué le vieux véhicule garé devant la maison et le chiffre familier qui s'était détachée durant la promenade en voiture. Toby senti la colère et la frustration prendre le contrôle de son corps en voyant son père. Son père qui n'était pas là.

Sa mère conduit la voiture dans l'allée et se prépara à sortir pou faire face à son mari.

"Pourquoi est il ici ?" dis tranquillement Toby, tournant son regard sur sa mère qui lui ouvrait la porte de la voiture.

"C'est ton père Toby, il est ici parce qu'il veut te voir," répondit sa mère d'une voix monotone, essayant de sembler le moins possible fragile.

"Il n'aurait pas pu venir jusqu'à l'hôpital ?! Voir Lyra avant qu'elle ne meurt ?! Il a été livré du miel cette nuit, il ne pouvait pas venir" ? "Ouais il n'est pas venu" Répliqua Toby.

Toby poussa la porte avant sa mère et avança sur l'allée où il vit le regard fixe de son père baissant les yeux à ses pieds avec une expression sévère.

Sa mère sortie derrière lui et vit les yeux de son maris regarder dans la voiture.

Son père ouvrit ses bras, attendant une étreinte de sa femme, mais elle l'ignora et mit son bras autour de l'épaule de Toby. Elle l'aida à marcher à l'intérieur.

"Connie," Dit son maris d'une voix rauque, "'aucun accueil à la maison ? Aucune étreinte hein ?"

Elle ignora les mots désagréables de son maris et marcha avec son fils sous son bras.

"Hé ! Il a 16 ans, il peut marcher tout seul !" Cria son mari en commençant à les suivre.

"Il a 17 ans ! " lui lança Connie d'un regard furieux en ouvrant la porte de la maison.

"Toby, pourquoi n'irais-tu pas dans ta chambre te reposer ? Je viendrai t'apporter le dîner quand il sera prêt" lui dit sa mère.

"Non, je n'ai que 16 ans je peux marcher tout seul" Lança Toby d'une voix sarcastique tout en lançant un regard furieux à son père, il monta en haut des escaliers et se diriga vers sa chambre où il fit claquer la porte violemment.

Sa petite chambre contenait peu de meubles. Juste un petit lit, une garde-robe, une fenêtre et des murs décorés de quelques photos de sa famille encadrées. Quand est-ce qu'il avait eu une vrai famille ? Avant que son père ne soit devenu un alcoolique agissant violemment avec ses enfants et sa femme. Toby se souvenait des moment de disputes entre ses parents, il l'avait saisit par les cheveux et l'avait poussé sur le plancher. Quand Lyra avait essayé de l'arrêter, il l'avait poussée et l'avait frappé au dos avec le coin du comptoir de la cuisine. Toby ne pourrait jamais le pardonner pour ce qu'il avait fait à sa mère et à sa soeur. Jamais.

Toby ne se souciait pas quand son père le violentait, il ne pouvait pas le sentir de toute façon, ce pourquoi il se souciait vraiment était comment son père avait intentionnellement blessé sa soeur et sa mère.

Et quand il attendait à l'hôpital où sa soeur rendait son dernier souffle, la seule personne à pas s'être précipité à son chevet était son père.

Toby se tenait près de la fenêtre, regardant la rue à travers le verre sali par le temps. Il pouvait jurer avoir vu des choses étranges du coin de l'oeil mais il n'y prêta pas attention, trop shooté par les médicaments qu'il avait reçu plus tôt.

Quand l'heure du dîner fut venu, sa mère l'appela, Toby descendit les escaliers avec hésitation.

Assis à table entre son père et sa mère, devant lui se trouvait une chaise vide.

C'était calme.

Ses parents avait choisi leur repas, mais Toby ne voulait pas manger. Au lieu de cela, il se mit a observer son père, le regardant fixement.

Sa mère le regardait elle aussi. Il était légèrement au coude à coude avec lui. Toby baissa les yeux vers son assiette, dans laquelle se trouvait la nourriture qu'il n'avait pas touché.

Toby s'est dirigé vers son lit, il a tiré sa couverture vers sa tête et a regardé fixement la fenêtre. Il était fatigué, mais il n'y avait aucun moyen de s'endormir. Il ne pouvait pas, il avait trop de penser. Il avait débattu, soit conter les moutons soit ne pas suivre les directions de sa mère et pardonner à son père, pour ne pas continuer à avoir de la rancune avec sa haine.

Il entendu un son de grincement de porte, sa mère entra dans la chambre s'assit sur le lit à côté de lui. Elle s'est étendue et a frotté son dos, qui lui avait été tordu.

"Je sais qu'il est dur, Toby, croit-moi, je comprends, mais je te promets, il s'améliorera" dit-elle doucement.

"Quand va-t-il partir ?" dit Toby avec un ton innocent.

Connie laissa son regard fixe tomber à ses pieds. "Je ne sais pas chéri, il reste autant qu'il veut" a-t-elle répondu.

Toby n'a pas répondu. Il a juste continué à avoir l'air dans la lune, tenant son bras endommagé près de sa poitrine.

Après quelques minutes de silence, sa mère soupira, avant qu'elle n'ait embrassé sa joue et parti dans sa chambre. " bonne nuit," a-t-elle dit quand elle a fermé la porte.

Les heures passèrent lentement et Toby ne pouvait pas se remuer et se tourner. Chaque fois il laissa son imagination prendre la relève, il se remémora le bruit des pneus, les cris perçants de sa soeur et il pourrait de manière incontrôlée se mouvoir par saccades dans le lit. Il a rejeté ses couvertures, il a tiré son oreiller sur son visage et a pleuré. Il pourrait sentir son mouvement cardiaque comme si son coeur aller sortir de sa poitrine. Il pouvait entendre ses propres pleurs pitoyables. Il aurait crier et pleurer s'il n'avait pas appuyé son oreiller sur son visage. Après quelques secondes, il jeta l'oreiller et s'assit, bossu, tenant sa tête et respirant grossièrement, des larmes coulant de sur ses joues. Il ne pouvait pas s'empêcher de pleurer. Il a essayé d'empêcher les larmes de sortir, mais il ne pouvait pas s'empêcher de geindre et de pleurnicher quand il était assis en tremblant . Il a inhalé avant de se lever et s'est dirigé dans son lit à la fenêtre, prenant des respirations profondes en essayant de se calmer. Il s'est frotté les yeux et a regardé dehors, de l'autre côté de la rue. Il s'est arrêté soudainement et son regard s'est fixé lentement sur quelque chose étant debout sous le lampadaire.

Il a entendu une sonnerie dans ses oreilles et il ne pouvait pas détourner le regard. La figure était debout à côté du lampadaire , environ 2 mètre, les jambes plus courtes, de longs bras drapés, il l'a regardé fixement, les yeux non-existants. La figure n'avait aucune caractéristique. Aucun oeil, aucune bouche, aucun nez, pourtant il a tenu Toby hypnotisé en le regardant fixement. La sonnerie dans ses oreilles grandissait plus forte et plus forte à chaque seconde, il le regardait fixement avant que soudainement tout soit devenu noir.

Le lendemain matin, Toby s'est réveillé dans son lit. Il s'est senti différent. Il n'a pas été fatigué du tout et quand il s'est consciemment réveillé, il pensé qu'il avait été couché là, éveillé pendant des heures. Il n'avait aucune pensée coulante de son avis esprit. Il s'est assis lentement et a trébuché sut mur, mais quand il s'est levé il a automatiquement eu le vertige. Il a trébuché à l'embrasure et a descendu l'escalier. Ses parents étaient assis à la table, son père regardait la télé, qui était posé sur le plan de travail et sa mère lisait le journal. Elle s'est rapidement retourné quand elle a senti la présence de Toby indistinctement derrière elle.

"Eh bien, bonjour la marmotte, tu as beaucoup dormi" A-t-elle dit avec le sourire hésité.

Toby parcouru lentement l'horloge et remarqué qu'il était 12h30.

"Je t'ai faits le petit-déjeuner mais il s'est refroidi, j'allais te réveiller, mais j'ai estimé que tu avez eu besoin de sommeil " son expression est tombée d'heureuse à 'inquiété quand son fils a résisté à lui répondre. "Tu vas bien ?"

Toby trébucha et fut assis par son père. Il s'est senti comme s'il était inoccupé et n'avait aucun contrôle de ses actions. Il voyait tout ce qu'il faisait mais cela ne s'est pas très bien transcrit dans son cerveau. Il a voulu appeler son père avec son bras, mais sa main a fini par devenir une gifle.... Son père s'est tourné brusquement et a renversé la chaise de son pied. "NE ME TOUCHE PAS GAMIN" a-t-il hurlé.

Sa mère s'est levée, "C'est ça, frappe le ! C'est la dernière chose dont nous avons besoin!!!"

Les jours passait et les choses continuaient. Connie a passé la plus grosse partie son temps à nettoyer la maison et son mari grossier a passé le plus clair de son temps à l'ordonner. Il était comme il a eu l'habitude d'être avant l'accident.

Toby n'a pas vraiment quitté sa chambre. Il restait assis sur son lit et tremblait. Son esprit se posait des questions mais ses pensées changées vite de sujet. Il marcherait à pas mesurés autour de sa petite chambre comme un animal en cage, où il regarderait fixement par la fenêtre. Le cercle vicieux continuait,

Connie a continué à être poussé par son mari et Toby est resté dans sa chambre.

Avant qu'il ne puisse y réfléchir à deux fois, il commençait à mâcher ses mains, déchirant la chair de ses doigts. Il rongerait ses mains jusqu'à ce qu'ils aient saigné. Quand sa mère est entrée sans prévenir tandis qu'il faisait ça, elle a réagi terriblement. Elle s'est précipité en bas et a saisi la trousse de premiers secours. Elle enveloppa les mains du jeune garçon. Elle a exigé qu'il ne fasse pas de même avec son côté.

Il s'est tellement isolé qu'il a grandi pour détester vivre autour de d'autres. Sa mémoire eu beaucoup de problème aussi. Sa mémoire commençait a avoir des parties manquantes, des minutes, des heures, des jours, etc.... Il commençait à dire des bêtises, de choses complètement sans rapport aux conversations qu'il avait. Il racontait qu'il observait de choses, des requins dans son lavabo quand il a fait la vaisselle, entendant des criquets dans ses oreillers et voyant des fantômes à l'extérieur de sa fenêtre de chambre à coucher. À cause de toutes ces absurdités, sa mère le plaça dans un cabinet de conseiller. Sa mère est devenue trop inquiète de sa santé mentale, elle a décidé que ce serait bon pour lui de parler à un professionnel de ce qu'il ressentait.

Connie marchait avec Toby dans le bâtiment, elle lui tenait la main. Elle avançait avec lui jusqu'à la réception et commença à parler à la dame qui était assise derrière le comptoir.

"Mme Roger ?" demanda la dame.

"Oui c'est moi," répondu Connie, "Nous venons ici pour voir le docteur Oliver, je suis ici avec Toby Roger" "Oui, je vais lui montrer le chemin" dit la dame en se levant et en l'amenant dans un long couloir.

Toby regardait les oeuvres d'art encadrée dans les halls et écoutait le son des hauts talons de la dame sur le parquet.

Elle a ouvert la porte d'une pièce dans laquelle il y avait une table et deux chaises.

"Si je peux te laisser assit ici pendant quelques minutes, je viendrais avec le docteur," Lui dit la dame en souriant.

Toby avança dans la pièce et se mis à la table. Il regardait sa mère et la dame avant qu'elle referme lentement la porte derrière elles. Il regardait autour de soi avant de serrer fermement ses mains bandées et de commencer à mordre les bandages pour dérouler ses mains, mais fut interrompu quand la porte s'est ouverte.

Une jeune femme dans une robe tachetée noire et blanche et aux cheveux blonds est intervenu, tenant un tableau d'attache et un stylo.

"Toby ?" demanda-t-elle avec un sourire.

Toby leva les yeux vers elle

"Ravi de te rencontrer Toby, mon nom est le docteur Oliver" lui dit-elle en lui faisant signe de la main pour serrer la sienne, mais arrêta brusquement quand elle remarqua ses mains bandées.

"Oh", dit-elle en souriant nerveusement et en s'asseyant sur la chaise devant lui.

"Donc je vais te poser quelques questions, essaye d'y répondre aussi honnêtement que possible hein ?" Dit-elle en plaçant son table sur la table.

Toby inclina la tête lentement et se tenu les mains entre ses genoux.

"Quel âge as-tu Toby? "

Il répondit lentement : "17 ans".

Elle le nota sur un papier qui fut mi sous le presse-papiers.

" Quel est ton nom complet? "

" Toby Erin Roger " Répondit-il

" Quand fête-tu ton anniversaire? "

Il répondit " Le 28 avril "

"Qui sont les membres de ta famille? "

Toby fit une pause pendant une minute avant de répondre à sa question,

" Ma Maman, Mon Papa et ... "il s'arrêta...

" M-ma soeur "

" j'ai entendu parler de ta chère soeur ... Je suis vraiment désolé, "Dit le docteur en le regardant d'un air triste.

Toby inclina la tête.

"Te rappelles-tu de quoi que ce soit par rapport à l'accident, Toby?"

Toby détourna le regard d'elle.

Son esprit est allé au blanc pour un instant. Il baissa les yeux à ses genoux et dans le bâtiment, il entendit un son de sonnerie faible. Ses yeux se sont élargis et il s'est gelé sur place.

"Toby?" demanda la conseillère.

"Toby, tu m'écoute ?"

Toby ressenti un frisson qui descendait le long de tout son corps jusqu'à ce qu'il se soit gelé encore une fois et ait lentement regardé par la petite fenêtre de la porte où il vu...

Une figure sombre sans traits distinctifs qui le regardait.

Toby l'a regardé fixement, ses yeux se sont élargis, la sonnerie devint de plus fort et plus forte jusqu'à soudainement la voix forte de la conseillère casse sa transe.

"Toby!" a-t-elle hurlé.

Toby sursauta et tomba sur le côté de sa chaise.

Le docteur Oliver se leva avec un regard étonné dans ses yeux.

Toby releva les yeux de nouveau, il était essoufflé.

Cette nuit Toby est allé au lit. Il regardait fixement son plafond. Il pouvait se sentir commencer à s'assoupir, quand il a entendu des bruit de pas dans son couloir. Il s'entassais et a regardé vers l'embrasure de sa porte qui était grande ouverte. Il n'y avait aucune lumière artificiel, tout était éclairé par le rougeoiement bleu luminescent de la lune qui passait par sa fenêtre, laissant un éclairage froid. Il s'est levé et s'est lentement dirigé vers l'embrasure, quand soudainement la porte, qui était précédemment grande ouverte, a claqué devant son visage. Il s'est arrêtée et est tombé en arrière. Il respirait vite, quand il a frappé le sol et il a commencé à respirer lourdement, ses yeux grands ouverts. Il a attendu quelques secondes avant de se relever sur les pieds. Il a saisi la poignée de porte froide dans sa main bandée et l'ouvrit, elle grinça. Il a regardé dans le couloir sombre et est sortie de sa chambre sur la pointe des pieds. La fenêtre au bout du couloir éclaira Toby dans cette obscurité avec le clair de lune bleu. Il pouvait entendre des pas bruissant autour de lui, des faibles rire laissé et le tapotement de pitre petits pieds, qui ont semblé d'un enfant ayant couru devant lui. Le couloir était beaucoup plus long. Cela a semblé ... infini, comme la route pour revenir à la maison depuis l'hôpital. Il a entendu un grincement de porte devant lui.

"Maman ?" a-t-il dit d'une voix incertaine.

Soudainement une porte a claqué derrière lui, il a sursauté et s'est retourné. Derrière lui il a entendu un long gémissement, directement dans son oreille. Il s'est retourné aussi vite qu'il pouvait et était soudainement face à face avec sa soeur morte. Ses yeux était blancs, sa peau pâle, sa cage thoracique était explosé, sa mâchoire était pendante, son front déchiré par le verre, le sang noir répartit sur son visage, ses cheveux blonds attachés en queue de cheval comme ils l'étaient toujours, portant son t-shirt gris et un short de sport qui était sale et couvert de sang. Ses jambes étaient tordues d'une façon inhumaine. Elle était debout, émettant un long bruit de gémissement, seulement un pouce loin du visage de Toby.

Toby a glapi et est tombé en arrière.

"AÏE!" cria - t - il.

Il commença à ramper en arrière loin de sa soeur, non capable de casser le contact visuel qu'il tenu avec elle, le blanc de ses yeux morts. Il s'est traîné en arrière jusqu'à ce qu'il ait soutenu quelque chose.

Il s'est arrêté pendant une seconde. Tout était mort silencieux à part sa lourde respiration et ses cris.

Il a lentement regardé en haut et a aperçu le visage blanc de la grande figure sombre qui a été au dessus de lui. Derrière la grande masse sombre se trouver une ranger d'enfants entre 3 à 10 ans, leurs yeux était totalement noir.

Il a crié et s'est levé aussi vite qu'il pouvait, seulement il a été arrêté par des vrilles noires sombres qui ont s'enveloppé autour de sa cheville. Il est tombé tout droit sur son ventre. Il a essayé de crier mais il ne pouvait pas faire un son. Il a soufflé, avant que tout ne soit allé noir.

Toby s'est réveillé en sursaut. Il a crié et s'est assis aussi vite qu'il pouvait, complètement essouffler . Il a soufflé et a serré sa poitrine avec ses mains bandées. C'était juste un rêve. Juste un rêve. Il se calma et se recoucha sur le côté. Il pensait qu'un poids géant lui avait été enlevé de la poitrine comme il avait pris une respirations profondes. Il s'est levé et a marche jusqu'à sa fenêtre. Il n'a rien vu. Personne n'était là-bas. Aucun fantôme. Aucune figure. Rien.

Il a entendu le son et la toux de son père de l'embrasure. Sa porte a été fermée.

Il a marché et l'a ouvert. Regardant dehors dans le couloir encore une fois. Il est sorti dans le couloir et s'est dirigé dans la cuisine où il a trouvé son père debout en train de fumé dans leur salon

Toby a attendu une seconde et le regarda avent d'avoir une sensation de brûlure dans sa poitrine .

Profonde, bouillante , la colère a pris sur lui . Il a entendu des petites voix imaginaires dans sa tête .

" Fait le... Fait le... Fait le...», ont-ils dit . Il se retourna et leva les bras . Il sentait qu'il avait effectivement le contrôle sur lui-même , à la différence ce qu'il a fait durant les quelques dernières semaines depuis qu'il est rentré de l'hôpital . Il avait ses pensées complètes pour quelques instants seulement avant que tout s'assombrissent par le chant des petites voix dans sa tête .

"Tue-le, il n'y était pas, il n'y était pas, le tuer, tue-le», Les voix continuèrent dans sa tête. Toby tremblait.

Non. Non...Il n'allait pas le faire. Devenait-il fou? Non. Il ne tuera personne. Il ne peut pas. Il a détesté son père, mais en aucune façon il ne pouvait le tuer.

C'était cela. La dernière pensée avant qu'il ne soit tombé dans un état inoccupé encore une fois. L'influence des voix dans sa tête était trop forte. Il a commencé à silencieusement marcher derrière son père. Il est allé dans le tiroir à couvert dans la cuisine et a retiré le plus grand couteau. Il l'a saisi dans sa main. Il sentit une sensation se reprendre de sa poitrine. Il a laissé sortir un pouffé de rire. "Heh ... heheh ... hehehehehe! HAHAHAHA!" Il a commencé à rire si durement il a dû vouloir respirer. Son père s'est retourné brusquement avant qu'une force brutale le pousse au plancher. Il grogna, hors de lui. "Quoi !" il leva les yeux vers le garçon qui était debout sur lui, le couteau de la cuisine dans sa main. "Toby que faits-tu!" Il s'est assis en mettant ses bras devant lui en autodéfense, mais avant qu'il le sache Toby était déjà sur lui. Il se jeta à son coup, mais son père bloqua ses mains en saisissant ses poignets.

"Arrête! Descend de moi petit connard!" a-t-il hurlé en de jetant un du coup de poing avec son autre main vers l'épaule de Toby, mais il ne s'est pas arrêté. Le regard dans les yeux de Toby n'était pas raisonnable. On aurait dit qu'un démon avait pris le contrôle de lui. Il a hurlé en arrière et a poignardé son père dans la potine mais celui-ci l'a bloqué et a encore une fois saisi son poignet. Il l'a poussé en arrière, mais Toby a donné un coup de pied et lui a mis un coup tout droit dans le visage. Son père a reculé, mais Toby lui a mis un coup de couteau tout droit dans son épaule. 

Son père laissa sortir un cri fort, il voulu retirer le couteau, mais avant qu'il ne puisse, Toby jeta son poing tout droit dans son visage. Il a commencé à lui livrer des coups à tête, rire et râlant. Il lui a fêlé le cou,a saisi le couteau et a déchiré son épaule. Il l'a planté profondément dans la poitrine de son père et poignardait à plusieurs reprises son torse, le sang se répandait et éclaboussait partout. Il ne s'est pas arrêté avant que le corps de son père ne soit vidé. Il a laissé tomber le couteau au côté et a penché son corps. Il le regardait fixement dans le visage, jusqu'à ce qu'un cri perçant casse le silence. Il leva la tête pour voir sa mère debout à quelques pieds de distance, couvrant sa bouche, les larmes coulant sur ses joues.

"Toby!" A-t-elle crié, "Pourquoi as-tu fais ça! ?" Elle pleurait. "P-Pourquoi ?!" a-t-elle crié. Toby s'est levé et a commencé à s'éloigner du cadavre sanglant de son père. Il est allé dans la cuisine. Il a regardé ses bandages imbibés de sang, il a levé les yeux vers sa mère une dernière fois avant de sortir de chez par le garage.

Il a fait claquer sa main contre le panneau d'ouverture sur le mur et a poussé le bouton pour ouvrir la porte du garage. Avant qu'il ne soit sorti, il vit les deux haches de son père qui étaient accrochées au porte-outils au-dessus d'une table pleine de bocaux qui étaient rempli au bord de vieux clous rouillés et des vis. Une des deux haches étaient nouvelles, elle avait une poignée orange vif et une lame brillante, l'autre était vieille avec une poignée en bois et une vieille lame morne. Il les saisi toute les deux et baissa les yeux vers la table.

Il vit une boîte d'allumettes et sous la table était un réservoir d'essence rouge.

Il tenu les deux haches dans une main, saisi les allumettes et l'essence et sortie dans la rue. Quand il s'est approché du lampadaire de la rue, il pouvait voir sa propre fenêtre de chambre.

Il a entendu des sirènes de police. Il s'est retourné et vit les feux clignotants rouges et bleus se précipiter en bas de la rue.

Toby a réfléchi une seconde. Avant qu'il ne parte, il tira sur le bouchon du réservoir d'essence et couru, laissant derrière lui une trainer d'essence dans toute la rue, il s'est tourné quand il est arrivait devant la forêt. Il a versé la dernière goute d'essence avant d'avoir pris dans sa poche une allumette. Il la frotta contre la boîte et l'a immédiatement laissé tomber. En un instant, les flammes éclatèrent autour de lui. Le feu prit sur les arbres et les buissons et avant qu'il le sache, il était entouré par le feu. Les silhouettes des voitures de police étaient visible de par les flammes quand il a reculé dans la forêt. Il regarda autour de soi mais sa vision a été troublée, son coeur martelait et il a fermé les yeux pour un instant. Ceci était cela. Ceci était la fin.

Toby senti une main sur son épaule. Il a ouvert les yeux et regardait pour voir une grande main blanche des longs doigts osseux qui sont restés sur son épaule. Il suivit le bras des yeux jusqu'à tomber sur une imposante figure sombre. Il portait un costume noir et son visage était complètement blanc. Il s'est dressé de manière imposante sur le petit corps de Toby et il l'a regardé de haut. Les vrilles qu'il l'avait vu dans son rêve, celles qui lui avaient tenu la cheville, était de retour. Toby le savait, sa vision devint floue et il fut entouré par le son de la fameuse sonnerie dans ses oreilles. Tout est allé au blanc.

C'était cela. C'était la fin. C'est ainsi que Toby Roger est mort.

Quelques semaines plus tard, Connie était dans la cuisine de sa soeur. Sa soeur, Lori, était assise à côté d'elle, buvant une tasse de café.

Il y a environ trois semaines, Connie a perdu son mari et son fils et quelques semaines auparavant, elle a perdu sa fille pendant un accident de voiture. Depuis lors elle se déplaçait avec sa soeur. La police gardait un oeil sur elle, ils avaient juste fini de s'occuper de son cas, l'histoire a été bouclé 2 semaines avant et le monde semblait avoir fait le point pour compléter les nouvelles histoires.

Lori a allumé le T.V. pour voir le journal. À la télé, le journaliste a commencé à présenter le nouveau titre de la nouvelle .

"Nous avons des dernières nouvelles! La nuit dernière il y a eu un meurtre rapporté de 4 individus. Il n'y a encore aucun suspect , mais les victimes sont un groupe de collégiens qui étaient allés dans les bois tard le soir. Les enfants avaient été 'matraqués' et poignardés à mort. Les enquêteurs avaient découvert une arme sur la scène de crime qui semble être une hache avec une vieille lame, morne, comme vous pouvez voir ici" le décrit montre les analyses comparatives de l'arme exactement comme elle a été laissé sur la scène de crime. "Les enquêteurs avaient tiré le nom d'un suspect possible, Toby Roger, un garçon de 17 ans qui a ,quelques semaines auparavant, poignardé son père à mort et a essayé de dissimuler son évasion en mettant le feu dans les rues de la zone forestière . Bien qu'on ait cru que le jeune garçon était mort dans le feu, les enquêteurs soupçonnent que Roger est peut-être toujours vivant, en raison du fait que son corps n'a jamais été trouvé."


Réorganiser par Eimeone

Apparence :[]

Toby Erin Roger mesure entre 1m70 et 1m75, pour un âge de 17 ans, il porte un col roulé noir, son sweat à capuche rayé aux manches, un jean bleu et des chaussures noires.

Images (6).jpg

Il porte un masque et des lunettes orangé. Il possède deux hachettes avec lui, dont une qu'il a perdu.

Personnalité :[]

Toby est un homme nettement pas sérieux, lorsqu'il a était récupérer par le Slenderman, il est devenu une cause de problèmes pour les proxys. En effet Toby gâche tout, pense qu'à s'amuser et bosser sans pour autant faire d'efforts. Il souffre de bipolarité mais aussi de schizophrénie, ce qui donne un trouble schizo-affectif.

Il peut se montrer violent par moment. Il déteste Masky, car il est un très bon proxy, il est donc jaloux de lui. Il est lunatique, moqueur et hautain par moment.

Sa bipolarité le fait passer par des périodes hyper actives puis à des périodes plus maussades. Il reste un TUEUR, il n'a pas peur de donner la mort à quiconque.

Faits divers :

- Créatrice : Kastoway

- Toby à son brevet

- Il ne pense pas à l'amour mais plus à s'amuser et profiter

- Toby n'aime pas vraiment les gaufres.

- Toby serait ramené à la vie par Slenderman, ou bien simplement recruté en tant qu' homme de mains

- Il n'est pas réellement un proxy mais plus un homme de mains

- Il est né a Denver, dans le colorado

- Né le 28 avril

- Age 2020, 23-25 ans

- Sa place serait en prison dans un pôle de psychiatrie, ou dans un hôpital psychiatrique


Advertisement