Wiki Creepypasta
Advertisement

Origines :[]

Une jeune fille avec les cheveux couleur carmel et les yeux verts est assis dans la pelouse, le chaud soleil d'été s'abat sur ​​sa peau pâle couverte de bleus. Pour penser, cette douce jeune fille a été violemment frappé par ses pairs, quelques heures avant. Alice était son nom, elle était une sorte et une fille intelligente, mais ne semble pas avoir beaucoup d'amis, elle passait souvent du temps seul créer ses propres amis, les amis imaginaires si vous voulez. Elle avait un si grand nombre de ces amis, en fait, elle a dû les nommer tous les nombres juste pour garder une trace. Parmi eux il y avait un tout qui se distingue en particulier, son nom était zéro. Elle était la première ami imaginaires d'Alice, créé pour la protéger de tous ses tyrans. Chaque fois qu'ils la taquinait ou la batte physiquement, Zero était là pour prendre soin d'eux. Ils étaient les meilleurs amis et ont passé tous les jours ensemble, raconter ses histoires, des blagues et même se moquer du voisin d'Alice, qui était en charge de la regarder quand ses parents ont dû sortir pour les entreprises. La vie n'était pas si solitaire pour Alice ..... jusqu'à ce jour.


 Comme Alice assise sur l'herbe tendre, regardant vers le bas de la rue, elle a senti une sensation étrange, une envie. Quelque chose dans le fond de son esprit lui disait d'aller de l'autre côté de la route. Lorsque l'idée enfin se propagea en elle, Alice a sauté vers la petite rue de quartier. Ses pieds nus frappent le béton chaud, en regardant attentivement chaque étape alors qu'elle traversait. Quand elle leva les yeux, elle vit quelque chose venir vers elle, un gros camion blanc. Les yeux écarquillés d'horreur, elle se tenait là en état de choc préparant à l'impact. Un cri strident fort de caoutchouc contre le béton, le véhicule filait devant elle et alla s'écrouler dans la grande colline en face de sa maison. Elle entendit le crissement de métal et le cri d'une femme comme il n'arrêtait pas de rouler jusqu'à ce qu'il a frappé un grand arbre à la base. Seulement un instant plus tard, le véhicule démonté a pris feu, la fumée commençait a envelopper l'arbre. Les yeux pâles, Alice baissa le regard. La porte du conducteur est ouverte et quelqu'un est tombé, il rampait désespérément. Le père d'Alice leva les yeux vers la colline vers sa fille, couvert de son propre sang pourpre et des flammes rouge vif commençait à le consumer. Il a cria, mais ne pouvait pas bouger, sa jambe coincée entre la roue et le métal, la douleur qui coulait à travers son corps ses cris sont alors réduits au silence et il cessa de bouger. Alors que les flammes rouges consommait la scène, Alice aperçut quelqu'un dans le siège du passager, sa mère, brûlant à mort dans les flammes. Alice tomba à genoux, les larmes chaudes coulèrent sur ses joues, de son nez et dégoulinant de à sont menton.

 "MAMAN PAPA !! !!!" Elle cria-t-elle, témoin de tout ces détails morbides. Le chagrin et la tristesse remplirent tout son corps, ressassant encore et encore la scène dans sa tête. Les flammes rouges et le sang pourpre était la dernière chose qu'elle vit de ses parents de cette chaude journée d'été.


 Après l'accident de ses parents, son voisin, M. Rogers, l'a recueillie de culpabilité. Elle le haïssait, il était, un gros homme sale qui buvait presque chaque minute de chaque jour. Mais elle le détestait encore plus pour ne pas l'avoir surveillé ce jour-là, à cause de lui .... elle a tué ses parents. Mais il n'y avait personne d'autre, pas de famille pas d'amis, elle a été laissé seule, la misère étant sa seule compagnie.


     Plusieurs années plus tard, la brune lumière de désespoir l'avait consumé comme les flamme l'avait fait pour ses parents, sa seule famille, elle était assise dans son cours d'histoire, à griffonner des petits personnages de dessin animé dans son carnet de croquis. Comme quelqu'un lu tirait les cheveux, elle sortie violemment de ça concentration. Une main ridée sur un contrôle avec un grand zéro sur celui-ci couvrait son travail.

"Alice, je suggère que vous devez réellement être attentive dans mon cours, vous avez assez de zéro comme ça." dit la vieille professeure d'histoire ridée d'Alice. Quelque chose au sujet de ce qu'elle vennait de dire .... la dérangeait, mais elle ne savait pas ce que c'était.

"O-oui, Mme Kirst." répondit-elle, en prenant soins de ne pas la regarder dans les yeux de sorte qu'il n'y ai pas de contact avec les yeux.

Elle était assise dans la classe, en faisant semblant de savoir ce qui se passait, mais sa tête continuait à réal lui faire mal de plus en plus jusqu'à ce qu'elle se sentait comme si elle allait être malade. Elle a demandé à être excusé, et a vite couru aux toilettes.

Alice s'aspergea d'eau froide sur son visage brûlant, regardant dans le miroir. Elle fit un bond en arrière, le cœur battant, quand elle vu son reflet. Elle a juré qu'elle se vit ...... clignoter.

Quelques heures plus tard, elle était assise dans sa classe d'art plastique, en regardant ses camarades de classe travaillent sur leurs projets. Distraite, sa main glissa et elle se coupa la main assez profondément avec une lame de rasoir. Un épais liquide rouge dégoulinait maintenant de la plaie béante, et tâcha ​​son travail. Mais elle ne sentait rien. L'enseignant la fixait, les yeux écarquillés, et elle se précipita sur Alice, l'emmenant à l'infirmière.

Quand elle était revenue, elle avait caché son visage et retourna à sa place. Mais elle se figea avant de s'asseoir, des cercles rouges recouvraient complètement son travail et son bureau. La situation dans son ensemble la fit trembler, et dès que la cloche sonna, elle se précipita dans les salles.

 Avant de quitter le campus, elle fut accueillie par un sourire familier.

"Bonjour Alice! Et bienvenue au pays des merveilles!" Annonça fièrement une fille blonde aux cheveux court et aux yeux bruns, en jetant ses bras, faisant un geste pour l'ensemble de la rue, comme pour faire une surprise.

"Pas maintenant, Ann." Dit Alice un peu agacé.

«Allez, détends toi. Quoi qu'il en soit, vas faire que tes devoirs?" dit Ann, appuyant ses mains derrière sa tête, en attrapant des flocons de neige avec sa petite langue rose.

"Fait ton travaille toute seule, tu sais, je ne vais pas être ici pour toujours."

"Si tu le feras, parce que je ne te ferais pas sortir." répondit Ann, jetant son bras autour des épaules d'Alice alors qu'ils marchaient sur ​​la route d'hiver.

Comme ils continuaient à marcher, à plaisanter et à bavarder, ils sont finalement parvenus à la maison d'Ann. Ils se sont dit au revoir là-bas, alors Alice alla marcher dans la forêt. Elle aimait se promener ici, c'était si paisible, le soleil jaune frappait sur les plaines blanches intacte, et les fines ombres des arbres sans feuilles parcouraient comme des centaines de petits ruisseaux d'un noir intense cette neige encore pur. La seule chose qui la dérangeait était que cela signifiait qu'elle allait revenir à cet endroit horrible que certains appelaient une maison. Elle ouvrit la porte grinça lentement, et en silence entra dans la maison froide. Elle retint son souffle en marchant vers la salle de séjour.

 "Enfin rentré, petite chienne!" hurla un homme bourru en il attrapant son bras.

Alice grinçait des dents comme il tira son dos regardant droit dans ses yeux avec dégoût. Le visage d'Alice devenu rouge vif et un nœud rempli sa gorge.

 "Qu'est-ce !? Huh!" dit-il, la tirant dans la cuisine au comptoir recouvert de canettes de bière et des restes de repas au à faire réchauffer au micro-ondes.

Merde! J'ai oublié de nettoyer ce matin! Pensa-t-elle.

"D-désolé mais j'ai..." elle n'eut même pas le temps de finir sa phrase, réduit au silence par le poing solide de M. Rogers sur son visage.

«Je n'ai pas besoin de tes excuses stupides! Ne laissez plu cela arriver jamais! Ou tu vas le regretter, je le jure." dit-il en la jetant au sol carrelé, fit marche arrière dans le salon, effondrent enfin son grand corps rond sur le canapé poussiéreux.

  Alice se leva rapidement, jeta des ordures et le nettoya dans une panique silencieuse. Ce n'était pas rare, quand elle faisait quelque chose de mal, il y avait la colère de son ex voisin  s'abattait sur elle, après avoir terminer, Alice fila se cacher dans sa chambre.

Elle retint les émotions en ébullition à l'intérieur d'elle, la tristesse, la confusion et la rage. Ensuite, elle se dirigea rapidement vers les marches qui menaient à sa petite chambre. C'était une pièce sombre, les murs couverts de ses dessins préférés, un petit lit dans le centre et une commode dans le coin. Ce fut sa seule évasion, le seul endroit où elle pourrait être libre. Personne n'était venu dedans, seulement elle, personne d'autre.

  Le lendemain, elle marchait à travers les bois enneigés rempli et émergea sur la route de l'autre côté, elle marchait assez vite sur le trottoir. Elle ne traversa pas la route aujourd'hui, elle dirigea rapidement, sa capuche noire préférée couvrant sa large entaille noir et bleu sur son visage. Elle ne pouvait en parler à personne, qui sait ce que M. Rogers ferait ....

  "Alice! Hé, attends-nous!" dit une voix familière derrière.

  "Hey, Ann." répondit-elle d'une voix monotone, le dos toujours en face d'elle.

Ann la rattrapa, saisissant l'épaule de son amie. Alice tourna la tête, en regardant dans la forêt comme Ann marchait à côté d'elle.

 "Qu'est-ce que tu as à te cacher?

 "Non, juste ..... rien." répondit-elle.

Ann sourit et arracha la capuche, ses yeux s'agrandirent.

  "Oh mon dieu! Qu'est-ce qui s'est passé! Es que tu vas bien?" s'exclama Ann en inspectent de près l'œil noir d'Alice.

  «Ouais, ouais, je vais bien je viens de ...... glissé et je me suis cogné sur le comptoir." menti Alice, avant de rire doucement, nerveuse.

   Ann regarda son visage sévère. Elle savait Alice mentait, quelque chose n'allait pas.

   "Hmm, si tu le dis. Juste, si tu as besoin de quelqu'un, il suffit de savoir que je suis toujours là pour toi." dit-elle en jetant son bras sur l'épaule d'Alice épaule en toute confiance.

 Alice hocha la tête comme les deux jeunes filles se dirigeaient vers l'école.

Les jours continuaient, ses amis inquiets, lui demandait toujours si ça allait en voyant la balafre sur le visage d'Alice et elle leur donna tous la même réponse, "c'était un accident".

 C'était rare pour elle, en général les gens l'ignoraient, ne lui donnant même pas un coup d'œil. Mais elle n'aimait pas toute l'attention qu'elle recevait, elle portait sa capuche pour la plupart de la journée. Après l'école, vite, elle sortit de l'immeuble, sans attendre son seul ami. Elle traversa le campus, trébuchant sur les marches de l'escalier, quand elle a vu deux personnes se diriger vers elle. Elle fixait le sol, regardant le mouvement des ombres sur le béton sous ses pieds. Sa chute avait envoyés sont carnet de croquis et ils volèrent en face d'elle. Son visage devint rouge de honte, elle se tortilla sur ses genoux, empoignant ses livres dans la panique. Des rire éclatèrent partout autour d'elle, son visage se transforma en un rouge profond.

 Bien sûr, maintenant les gens me remarquent. Pensait-elle.

Elle a attrapa sont ordinateur portable, et Alice sentit quelque chose heurter l'arrière de sa tête, un liquide brun jaillit dans tous les sens, du lait au chocolat s'égoutter de sa frange et coula sur ​​son visage. Elle se figea, quelque chose attira sont attention. Elle sentit son sang bouillir de rage à l'intérieur d'elle.

Laissant tout, elle se leva, se retourna et courut vers l'une des figures qui c'était moqué d'elle. Les yeux du grand garçon ouverts sous le choc du poing d'Alice l'a frappé dans l'intestin, atteignant dans sa cage thoracique. Il retomba respiration sifflante, et une toux violente le pris ... Comme il était assis sur le béton serrant son  ventre, son genou heurta le côté de sa tête. Il toussait plus cramoisi quand ..... Alice attrapa sa jambe et, avec son pied, la rompit. Un craquement résonant, un écho rebondissait contre les murs de briques de l'école. Alice vis un autre assaillant courir vers elle. Elle esquiva son coup de poing claquant son coude dans le dos de son adversaire. Le garçon se retourna, Alice, maintenant assise sur son estomac, lui assainit une pluie de coups de poing sur son visage endommagé, encore et encore et encore, jusqu'à ce qu'on puisse voir le sang gicler de son nez et de sa bouche. Il luttait pour l'arrêter, mais il était trop faible, il n'a pas eu d'autre choix que de se prendre chaque coup.

 "ALICE! STOP!" elle a entendit quelqu'un crier, courir vers les lieux.

Elle leva les yeux, la main positionnée pour un autre coup de poing, mais ce geste s'arrêta une fois qu'elle a vu le regard horrifié sur le visage de tout le monde, y compris Ann.

Elle balbutia quelle phase incompréhensible  et regarda ses doigts, sanglants, et le visage mutilé de l'enfant.

Qu'est-ce que je fais! Ce n'est pas moi, je n'ai pas fait cela! Au moins, je ne voulais pas! Pensait-elle, les larmes aux yeux.

Elle se leva rapidement, reculant des deux victimes mutilées, et s'enfuit du terrain de l'école, vers la forêt.

Elle a couru dans sa salle de bain, fouiller dans l'armoire, à la recherche de la médecine pour nettoyer les plaies. Elle versa de l'alcool sur les coupures et utilisé des torchons pour laver le sang. Elle regardait les petites bulles blanches de mousse à l'intérieur de chaque coupe sur ses mains et son coude. Une fois fait, elle banda ses plaies, elle posa ses mains sur le comptoir et se fixa elle-même dans le miroir de sa salle de bains.

 "Qu'est-ce que je viens de faire?" murmura-t-elle, les questions se bousculant dans sa tête.

 "Oh, non ..... Bien sûr que non. Je t'ai juste protégé ....." Répondit sa bouche, en utilisant sa propre voix.

Alice sauta en arrière, écarquilla les yeux, le visage pâle.

 «Quoi! Qui êtes-vous!" Demanda-t-elle, en secouant la tête.

Après une longue pause, la voix rauque reprit finalement une fois de plus.

 «Je suis ton meilleur ami. Tu ne te souviens?" dit ses lèvres.

 Des larmes coulaient sur ses joues chaudes. Sa tête se mit à battre comme elle tomba sur le sol, saisissant sa tête, en criant. La voix était dans sa tête, hurlait la même phrase encore et encore.

  Tu ne te souviens pas de moi, Alice. Je suis ton meilleur ami .... ton seul ami ....


Les prochaines semaines, la voix ne sont plus manifestés. Mais, Alice ne redevint pas la jeune fille qu'elle était autrefois; elle était devenue violente, en colère à presque tout, eu de violentes crises de rire de nulle part. C'était étrange, elle se sentait comme si son esprit avait été remplacé par quelqu'un d'autre. Et bien sûr, après avoir été expulsé, elle n'avait pas le choix, mais de rester dans sa chambre, ne pas manger, ne pas parler, totalement dépourvue d'interaction.

  Cela a continué pendant plusieurs mois, jusqu'à ce que ses migraines ont empiré, sa tête battait contre son crâne jusqu'à ce qu'elle criait et pleurait, priant pour que ça s'arrête. Elle ne pouvait pas aller voir un médecin ou un thérapeute, ils l'auraient sûrement appeler "folle" et la mettre dans un asile. Elle ne pouvait pas laisser cela se produire.

Puis un jour, après une explosion violente ivre particulier de M. Rogers qui l'a laissée avec des coupures sur ses bras. Comme elle sanglotait et son esprit battait contre sa chambre, elle a commençait à se sentir de plus en plus faible jusqu'à ce que sa vision devint noire.

 Quand elle se réveilla, elle se trouvait sur ​​le plancher de sa chambre, ses muscles lui faisaient mal comme si ils étaient déchirées, pour être recousu ensemble lentement. Elle se leva, ses maux de tête avait disparu, mais elle extrêmement fatigués et affamés. Elle descendit les escaliers, trébuchant vers la cuisine, violemment ouvrir la porte du réfrigérateur. Rien, il était presque complètement vide. Soupirant, elle tira sur sa capuche, et se dirigea vers la porte.

En sortant de l'épicerie la plus proche, elle passa près d'un magasin de télévision quand un flash infos retint sont attention sur l'un des téléviseur.

"Dernières nouvelles! Un homme a été retrouvé violemment battu à mort avec un instrument contondant. Plus sur la 11" dit la reportrice brune.

Alice continua de marcher jusqu'à la maison, le vent d'automne froid soufflant dans ses cheveux. Quand elle entra dans la maison, il n'y avait aucun signe de M. Rogers. Soulagée, elle jeta les sacs sur le comptoir de la cuisine, en saisissant une boîte de soupe à faire pour le dîner. Elle alluma la télévision, en feuilletant le canal de la station de nouvelles de l'heure, la même femme brune assise, tenant des papiers dans ses mains manucurées.

"L'homme tué à 18h15 aujourd'hui, trouvé dans la ruelle de la Rue Richards. C'était un homme de race blanche dans son milieu des années 40, plusieurs membres et même la tête du cadavre sont manquants, si son identité est méconnaissable .... . "la femme a continué avec des détails insignifiants.

Après avoir terminé sa soupe, elle monta les escaliers. Alice s'arrêta quand elle sentait quelque chose de pourri. Elle continua de monter les marches jusqu'à ce qu'elle se figea. Un marteau était dans le couloir, couvert de sang. Dans la panique, elle a couru dans sa chambre et claqua la porte. Elle respira profondément, le cœur battant dans ses oreilles, jusqu'à ce qu'elle poussa un cri à glacer le sang. Sa chambre était complètement couverte de cercles écrites avec du sang, des murs au plafond. Et au-dessus de son lit,  tête de M. Rogers. Elle sortit de la chambre, mais les pieds dans le manche de l'instrument contondant, elle est tombée des escaliers. Quand elle atteint le fond, sa tête a claqué contre un meuble solide, elle tomba sur le sol froid.

Elle s'est réveillée dans une pièce sombre, Alice avait remarqué que c'était une pièce remplie de centaines de miroirs. Ses reflets ont été projetés dans tout les angles, partout où elle regardait, elle vit son visage et ses yeux cerné et malades. Son cœur se mit à battre, où était-elle?

   «N'est tu pas heureuse? Il est parti, il tu n'as plus mal." dit la même voix des mois d'avant.

   Alice se retourna pour regarder où se trouvait la voix, mais elle ne voyait que son propre reflet pathétique.

  "Qui êtes-vous! Je veux des réponses!" cria-t-elle au sommet de ses poumons.

Un long rire emplit la pièce sombre.

 "Tu ne te souviens de moi, Alice? Je suis ton meilleur ami, ton premier ami. Je suis zéro." un long silence emplit la pièce.

 "Tu m'as imaginé pour que je puisse te protéger. Mais si ce n'étais que de l'imagination, je ne pouvais pas te protéger... J'ai donc dû trouver un moyen pour que je puisse toujours te protéger. Je suis tout simplement partie de ta conscience, si fait, je vis maintenant. "murmura la voix.

 "Non, non, tu n'est pas réelle! Tu ne peux pas être .... à moins que .... es-tu un démon?" Demanda Alice d'une voix tremblante.

 "Non, non bien sûr que non. Je suis un ami, ici pour faire ce qu'on m'a dit il  y a toutes ces années. Mais tu m'as ignoré après la mort de tes parents. J'étais très seule, Alice. Mais je suis devenue forte, tu ne peux même plus me contrôler, Alice. "dit la voix sinistre.

 Mes parents? Attendez, je me souviens! pensa Alice.

 "TOI! Tu m'avais dit d'aller dans la rue! Tu m'avais fait tuer mes parents!" les larmes coulaient sur ses joues brûlantes.

«Oui. Je devais le faire, ils ne nous aurait pas laisser jouer. Donc, je ne pouvais pas te protéger. Ils avaient donc besoin de partir si je voulais faire mon travail. C'est ce que tus m'as ordonné de faire après tout, pour te protéger. "

Les cris d'Alice arrêté, elle se tenait là en silence. Son corps tout entier rempli d'une rage incontrôlable. Sans avertissement, elle a dirigea son poing dans les miroirs, un à un.

"Tu as pris tout ce qui était important pour moi! Tout le monde est parti. Je n'ai personne, je ne suis rien!" Elle avait crié, comme elle continuait à frapper chacune des surfaces réfléchissantes jusqu'à ce que ses doigts saignent.

Comme elle couru vers l'autre miroir, elle trébucha sur quelque chose. Quand Alice se retourna, elle vit le rouge glacé sur le marteau de forgeron. Elle le ramassa et, violemment, elle brisa tout, du verre a vola dans toue la pièce, et frappa Alice dans plusieurs endroits. La coupant profondément, mais elle ne pouvait plus rien sentir. Elle était complètement vide de tout ce à ce point.

Elle arrêta son accès de rage, et repris son souffle, debout dans le vers brisé étalé dans toute la pièce, éclaboussé de son propre sang, qui coulait de ses mains. Elle jetta un regard autour de la pièce jusqu'à ce qu'elle vit son reflet dans le coin de la pièce, il souriait. Elle courut vers lui avec son instrument contondant et brisa le miroir.

Ses yeux s'ouvrirent lentement, et une aveuglante lumière blanche entrant dans ses yeux. Le carrelage pressait à froid contre son dos douloureux. Elle s'assit lentement, voyant qu'elle était dans sa salle de bains. Quand elle réussit enfin à se mettre sur ses pieds, elle se regarda dans le grand miroir.

 Après plusieurs minutes de silence complètes, elle a finalement éclaté dans un éclat de rire violent. Un sourire géant tendu sur son visage.

Tant sa peau et les cheveux avaient été complètement blanchi, et de grands cercles noirs entourée de ses yeux, allant de ses sourcils à ses joues.

"HAHAHA! Maintenant, ce n'est plus comme ça! Je me sens enfin comme moi!" dit-elle.

 "S'il vous plaît .... laissez-moi seul ...." dit les lèvres qui étaient auparavant Alice.

 «J'ai ..... depuis beaucoup trop longtemps attendu ce moment." répondit Zéro.

Alice n'a pas répondu, elle avait disparu.

"HA! Je ressemble à un squelette, mais pas tout à fait." dit-elle en admirant son teint blanc

Elle quitta la salle de bain, marchant pour aller à la salle de séjour, en saisissant une paire de ciseaux, une aiguille et un rouleau de file. Quand elle entra de nouveau sa la salle de bain, elle posa ses fournitures et sourit dans le miroir.

"Un squelette a besoin de ses dents." dit-elle.

Alors elle s'entailla les joues avec les ciseaux pointus, le sang jaillissant vers sont menton.

Les lames pincé le muscle et des nerfs dans sa chair de chaque côté de son visage. Le liquide pourpre continuait à verser à flots. Après les importantes sections faites à ses joues d'une oreille à l'autre, elle saisit l'aiguille et du fil et commença à coudre son visage dans un modèle vertical.

Du liquide rouge commençait à couler des plaies ouvertes. Elle fronça les sourcils à la vue de celui-ci, et elle pencha la tête.

"Ugh, rouge. Je déteste cette couleur. Rappelle-toi, Alice, le sang coulant du cuir chevelu de ton pères, et les flammes rouges qui ont consommé ta mère. Ces couleurs sont les deniers souvenirs avant que tu m'enferme. Mieux vaut ne pas les rappelé. "dit-elle en se baissent et trempa son index dans l'eau de Javel.

Elle se leva et pencha sa tête en arrière, levant le doigt au-dessus de son œil, laissant tomber le liquide dans chaque œil. Ils ont commencé à piquer comme si ils étaient en feu, et elle perdit la vue quelque instants. Lorsque sa vision est finalement revenue, le liquide pourpre fut transformé en sang noir profond. En regardant autour d'elle, tout ce qu'elle voyait était soit un noir profond, blanc aveuglant, ou un gris délavé. Elle n'avait pas à voir cette couleur terrible une foie de plus.

 Une fois sont travail fini, Zéro marchait dans le couloir quand elle entendit le téléphone. Elle alla dans la chambre d'Alice, et répondit.

"Bonjour?" dit-elle d'un ton narquois.

"Alice! Oh mon dieu, tu vas bien! Je ne t'ai pas vu depuis des mois!" Hurla Ann en panique.

«Je vais bien." Zéro eut un petit rire.

"Bon! Tu peux venir? J'ai quelque chose pour toi!" dit-elle avec enthousiasme.

"Héhé, ouais. Je serai là tout de suite."

Son sourire s'élargit, l'étirement de la peau tenue par le fil. Elle a rapidement sorti de la salle, ramasser le marteau, et courue hors de la maison et dans les bois d'automne.

Elle sortit de l'autre côté, en marchant dans la rue vide. L'outil souillé traînant derrière elle, se frottait contre le béton. Elle rit comme elle s'approcha de la maison.

Zéro, de plus en plus impatiente, monta les marches et frappa doucement à la porte de chêne.

«Je suis là, Alice!  Tu vas aimer ce cadeau."

Quand elle ouvrit la porte, son sourire disparut rapidement. Ce qui était autrefois sont ami,  était maintenant un monstre blanc. Le silence emplit la maison pendant quelques instants avant Ann a couru vers le salon. Zéro s'emparant de son avant-bras avant qu'elle ne puisse sortir et l'a jetée contre le plancher de bois franc.

"Alice! Que fait-tu ?!"

Zéro se dirigea rapidement vers elle, plaçant son pied sur son bras ......

"HA! Alice est révolue depuis longtemps .... et elle ne reviendra pas. elle rit, leva le gros marteau au-dessus de sa tête.

Avec toute sa force, elle frappa la pauvre jeune fille, et une partie de son cerveau jaillit. Le cadavre encore d'Ann, et les entrailles mous complètement exposé, convulsa encore quelques instants sur le sol.

Avec un sourire, elle ajouta.


"Hm, tu permet que je regarde ce que tu as là?" Dit telle en tournant le cadavre sans vie d'Ann de sorte que son ventre ouvert touche le sol.

Elle prit le couteau et traça une ligne sur les deux jambes, les deux bras et le dos d'Ann. Zéro tira sur la peau de la morte et la déshabilla comme un lapin, en déchirant ses tendons. Un épais liquide noir giclait jusqu'au sol.  Zéro creusa le dos d'Ann pour pouvoir attraper la colonne vertébrale du cadavre, elle tira, tira de sorte a arracher la cage thoracique et la colonne du cadavre. En rigolant, elle la déposa à côté du corps mutilé, Zéro préleva les os des jambes et des bras, et reconstitua le squelette d'Ann allongé à côté de sa chaire. La seule chose qu'il manquait était son crâne.

"Hmm ... ton crâne est trop endommagé, et serait trop d'effort de décoller toute la peau. Alors .... je sais!"

Zéro plongea sa main dans la mare de sang noir et trace un zéro à la place de la tête sur le squelette.

"Parfait! Maintenant, tu es tout comme moi! Un squelette solitaire .... oh, qu'est ce que c'est?" Un objet attira son attention.

Une boîte avec un ruban blanc sur le dessus, elle lu: "Pour Alice"

Elle arracha le couvercle et elle vit une simple écharpe rayée noire et blanche à l'intérieur.

«Je te remercie, Ann. Tu sais que je déteste la couleur." dit-elle en se balançant le tissu autour de son cou.

Des lumières rouges et bleues commencèrent à remplir la chambre noire par la fenêtre avant.

"Eh bien, c'était amusant, Ann." dit la tueuse au visage blanc. Elle couru à la porte puis s'enfuie dans les bois sombres...

Traduite par Eimeone

Apparence :[]

Avant qu'Alice ne soit remplacée par Zero, Alice était comme une adolescente à la peau claire avec de longs cheveux bouclés bruns et des yeux verts pâles. Après avoir était brisée, Zero a repris son corps, elle a pris une apparence très squelettique.

Ses cheveux et sa peau étaient devenus blancs comme du papier, la pigmentation de ses yeux était devenue grise, avec de grands cercles noirs les entourant, et les côtés de sa joue ont été cousus horizontalement. Zero est généralement vu portant un pull ou un débardeur noir, un short ou un jean gris foncé, des gants, des chaussettes à rayures noires et blanches, une écharpe et des bottes marron. Son arme est un marteau.

Téléchargement (3).jpg

Personnalité :[]

Avant de devenir une tueuse, Alice était une fille calme, patiente et polie qui ne voulait rien de plus que d'être aimée et acceptée. Malheureusement, au cours de son éducation avec son tuteur violent, cela l'a laissée devenir encore plus antisociale, anxieuse et incertaine d'elle-même. Elle n'avait jamais eu qu'une seule vraie amie, Ann, en qui elle pouvait toujours avoir confiance et était là pour elle.

Après avoir finalement était brisée, Zéro avait repris le corps d'Alice, elle est devenue une sociopathe démente, bruyante, désagréable, violente, impatiente et dérangée sans égard pour la vie de qui que ce soit. Elle a fini par tuer la meilleure amie d'Alice, bien qu'elle soit la seule à se soucier réellement de son bien-être, lui brisant le crâne avec un marteau, et le tout avec un sourire tordu et un rire insensé.

Advertisement